• Selon une carte des conditions météorologiques (vent, les courants océaniques, les concentrations de chimmiques) du US National Weather Service, une concentration inhabituelle de monoxyde de carbone se trouve juste au-dessus des zones Cascadia et San Andreas (Pacifique) ces derniers jours. Selon un géophysicien indien et ses chercheurs, ce gaz pourrait être un précurseur d'un tremblement de terre imminent.

    D'abord, voici la carte en question, qui affiche les valeurs actuelles, qui sont mis à jour toutes les 3 heures:
    http://earth.nullschool.net/#current/chem/surface/level/overlay=cosc/orthographic=-120.76,33.45,488

    Vous remarquerez rapidement le «nuage coloré" flotte le long de la côte ouest, l'emplacement des défauts Cascadia et San Andreas. Si vous cliquez sur "EARTH", en bas à gauche, vous pouvez accéder à certaines données et la légende qui montre les concentrations de monoxyde de carbone. Cela nous dit que le rose tendant vers mauve signifie une concentration élevée de monoxyde de carbone.

    Je regardais la carte tous les jours du 25 Février pour voir si ce phénomène persistera au fil du temps. Vous pouvez afficher les données archivées à partir de la même carte via une vidéo postée par un observateur qui expose de façon conservatrice observations. Vous constaterez que les concentrations d'aujourd'hui sont beaucoup moins importantes que pendant la journée du 26 Février. Aller à la minute 1: 20 ...

    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=6jW9oIKUpnE

    Un expert sur les tremblements de terre en Inde, un géophysicien, et ses collègues de la France et les Etats-Unis estiment que les concentrations de monoxyde de carbone pourrait être l'un des signes d'un tremblement de terre. Les chercheurs ont utilisé les données provenant d'un satellite américain et analysé l'évolution des concentrations de monoxyde de carbone à des altitudes différentes. Leurs tests ont montré que le monoxyde de carbone augmente quelques jours avant le tremblement de terre.

    Les chercheurs ont découvert le lien entre les émissions de monoxyde de carbone et les tremblements de terre en analysant des données de télédétection par satellite recueillies lors d'un séisme de magnitude 7,6 a frappé le Gujarat dans l'ouest de l'Inde, tuant environ 20 000 personnes et laissant des milliers de sans-abri.

    http://www.natureasia.com/en/nindia/article/10.1038/nindia.2010.13

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique