• LE PLUS. Parmi les nombreuses théories sur l'absence de détection de civilisations extraterrestres, une consiste à dire qu'ils nous observent mais ne nous contactent pas... ou que nous ne savons pas les voir. Cette hypothèse a été remise sur le devant de la scène il y a quelques jours. Et s'ils ne voulaient simplement pas de nous ? Billet un brin provocateur de Jean-Paul Fritz.

     

    Les extraterrestres nous observent... mais ne veulent pas nous contacter.

     

    Pourquoi n'avons-nous pas encore détecté la présence de civilisations extraterrestres si nous ne sommes pas seuls dans l'univers ? Cette intrigante question, que l'on résume parfois par le paradoxe de Fermi, a de nombreuses réponses possibles. Parmi les hypothèses avancées, une est particulièrement intéressante : en fait, E.T. est bien là, mais nous ne savons pas le voir.

     

    Regarder ceux qui nous regardent

     

    Ces derniers jours, deux directions de recherche allant dans ce sens ont été publiées. La première nous vient de René Heller, de l'Institut Max Planck de recherche sur le système solaire (Allemagne) et de Ralph Pudritz, de l'université McMaster (Canada). Ces scientifiques ont simplement pris en compte la manière dont nous détectons les exoplanètes et renversé le problème : quels sont les moments et les endroits les plus favorables pour détecter et observer la Terre lorsqu'on se trouve loin dans l'espace ?

     

    L'une des techniques pour observer les planètes autour d'autres étoiles consiste à utiliser le moment où elles passent devant leur soleil. C'est la méthode dite "des transits", qui pourrait même permettre d'obtenir des détails sur la composition de l'atmosphère de l'exoplanète étudiée, et d'y découvrir ainsi des traces de vie.

     

    Heller et Pudritz suggèrent de s'intéresser aux étoiles pouvant se trouver dans la "zone d'ombre" dans laquelle, vu de là-bas, la Terre passerait devant le Soleil. Si nous braquons nos instruments sur ces étoiles, nous pourrions y détecter des planètes potentiellement habitables. De plus, nous pourrions "écouter" ces planètes, notamment avec les radiotélescopes spécialisés dans les tentatives de détection d'intelligences extraterrestres, en quête de signaux que ces "aliens" nous enverraient après avoir réalisé que la Terre réunit les conditions nécessaires à la vie, et peut-être même détecté nos propres émissions électromagnétiques.

     

     

     

    Envoyer un message aux extraterrestres

     

    La seconde possibilité, publiée voici quelques mois mais remise sur le devant de la scène cette semaine, est davantage une vérification d'hypothèse, celle que des extraterrestres connaissent déjà notre existence, nous observent mais ne souhaitent pas vraiment prendre contact avec nous. C'est l'une des réponses au paradoxe de Fermi, nommée "l'hypothèse du zoo". Dans le plus pur style de la "prime directive" non interventionniste de "Star Trek", ces braves Aliens auraient décidé de nous laisser vivre notre vie paisiblement en nous regardant de loin.

     

    Pour quelles raisons ? Il y a une tripotée de possibilités... Par exemple, ils peuvent attendre que nous ayons atteint un certain niveau technologique requis pour un premier contact, jugeant nécessaire qu'une civilisation évolue par elle-même sans aide extérieure. Peut-être au contraire nous regardent-ils avec effarement en se demandant quand nous allons nous auto-détruire, peu désireux de se retrouver pris dans une telle mélasse. Leurs motivations sont peut-être aussi tellement étrangères à notre mode de pensée que nous ne pouvons les imaginer.

     

    Joao Pedro de Magalhaes, microbiologiste à l'université de Liverpool, dont la carrière est centrée autour de la prévention du vieillissement, s'est aussi intéressé à la détection de civilisations extraterrestres, en proposant donc une vérification "proactive" de l'hypothèse du zoo. Le chercheur explique en effet que nous pourrions utiliser les canaux de radio et de télévision pour envoyer directement un message à ceux qui nous écoutent déjà, en les invitant gentiment à nous envoyer une réponse. De Magalhaes ne se fait pas trop d'illusion sur une réponse éventuelle, mais pense "qu'envoyer une invitation est techniquement possible, bon marché et sûr", et en gros qu'on n'a rien à perdre à tenter le coup. Un site web a d'ailleurs été mis en place afin de discuter de la proposition et établir le brouillon du message à diffuser.

     

    "On n'est pas très civilisés, mais aidez-nous"

     

    Les premiers éléments du message font preuve d'un optimisme certain. Il se décline en trois parties :

    • reconnaître la réalité de l'hypothèse du zoo et exprimer notre désir de communiquer le plus vite possible avec des intelligences extraterrestres,
    • expliquer que notre civilisation est plus que jamais en danger avec une population croissante, des ressources limitées et la capacité de s'autodétruire, et que nous aimerions bien un peu d'aide pour survivre, souhaitant apprendre de civilisations plus anciennes et plus avancées,
    • suggérer les moyens de répondre pour les civilisations en question.

    L'humilité et le réalisme du message n'auront échappé à personne, mais il est loin d'être certain qu'il convainque E.T. et sa famille.

     

    Les extraterrestres vont partir en courant

     

    Que des extraterrestres nous écoutent n'est pas forcément irréaliste. Après tout, l'existence de civilisations plus avancées que la nôtre n'est pas en contradiction avec nos connaissances actuelles, c'est d'ailleurs ce qui motive toutes les discussions scientifiques autour du paradoxe de Fermi. En revanche, que des êtres intelligents qui écoutent nos émissions de radio et regardent notre production télévisuelle depuis un certain nombre d'années aient envie de nous contacter, même en le leur demandant gentiment, me semble aller un peu loin.

     

    En laissant de côté le danger potentiel d'alerter des créatures pouvant s'avérer agressives de notre présence dans ce coin de l'espace, la tentative de contact avec ceux qui nous écoutent (et nous regardent) déjà me semble aussi utile qu'une publicité pour les maillots de bain dans le cercle glacial arctique. Imaginez des gens qui se seraient tapés un marathon de "Joséphine Ange Gardien", auraient vu tous les journaux présentés par Jean-Pierre Pernaut, se seraient forcés à ne pas s'endormir devant "Danse avec les Stars" et se seraient fait une idée du niveau de civilisation de l'humanité en zappant entre Fox News et BFMTV. Quelle que soit la conviction avec laquelle nous pourrions l'affirmer, je ne crois pas que nous puissions les convaincre que nous ne sommes pas encore des barbares, surtout s'ils ont en plus épluché toutes nos émissions historiques sérieuses.

     

    Quant à ceux qui nous voient de très loin et en sont encore à recevoir les premières diffusions de "Bonne nuit les petits", ils ne vont pas tarder à déchanter avec le paysage audiovisuel qui suit, dans toutes les langues présentes sur les ondes.

     

    De deux choses l'une, soit E.T. a déchiffré nos coutumes et le comportement de l'humanité, soit il se demande encore quels messages codés de grande sagesse cosmique se cachent derrière les diatribes de Cyril Hanouna ou les quelques 3.000 épisodes de "Plus belle la vie". Dans les deux cas, il n'est pas près de nous répondre...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique